Qui a dit que les repas de famille avec des personnes que tu ne vois que 1 fois tous les 2 ans devaient tous ressembler à une corvée?

Allez, viens avec moi, j’t’emmène te montrer le contraire.

…LE DÉBUT DE L’HISTOIRE…

Il s’agit là d’une histoire de famille, plus précisément une histoire de lien de cœur surtout lorsque nous dépassons les 4 branches de l’arbre généalogique. Cette histoire, elle a commencé avant que j’arrive au monde. Elle a eu lieu dans une ville qui m’était, il y a encore quelques années, totalement inconnue. Quel étrange sentiment de prendre pleinement conscience que les gens ont vécu une partie de leur vie avant ton arrivée. Je pense que tout cela, avec toutes les histoires entendues, les photos vues, les souvenirs racontés ont piqué ma curiosité.

…D’UNE PIERRE, DEUX COUPS…

Bien décidée à voir de mes propres yeux les endroits phares de la vie de ma petite famille, me voici en route pour la fête de la Tatie, dans le Vaucluse.

Je sais bien que je ne connaîtrai pas grand monde, mais je décide de ne pas subir le moment, après tout, j’avais répondu présente. Je vais faire la rencontre de personnes qui ont fait partie du quotidien de mes parents ainsi que celle de mon frère et de ma sœur. Très peu me connaissent, mais je prends plaisir à observer les retrouvailles. La météo n’étant pas notre alliée, cela donnera tout le temps pour une remise à niveau, qui n’avait pas été faite depuis au moins 2 ans. Forcément, chacun y va de sa petite histoire, des dernières nouvelles, les récents décès, les fraîches naissances, les mariages, le boulot, les états de santé… Jusque-là, rien de surprenant, il s’agit d’une jolie petite réunion de famille. Mais le sourire de Tatie qui respire le bonheur en voyant tout ce petit monde autour d’elle, fera la différence. Juste pour ça, ça valait le détour.

Je vais profiter de cette escapade pour rester quelques jours et m’imprégner des lieux. Et quelle ne fût pas ma surprise…

…MON PÈRE, MA MÈRE, MES FRÈRES ET MES SŒURS …

Commençant par le commencement, je me réjouissais de marcher là où mes aînés ont fait leurs 1ers pas, à Châteauneuf-de-Gadagne. Village typique de Provence, perché à quelques mètres d’altitude, et distante de quelques kilomètres d’Avignon, c’est un vrai petit bijou. Cet endroit reprend vie, petit à petit, tout en jouissant d’un point de vue admirable sur le Mont Ventoux, enneigé en plein mois d’Avril. Me voici déambulant dans les petites rues, empruntant les escaliers, prenant possession de l’endroit à ma façon. Impossible pour moi de faire l’impasse sur la maison qu’occupait autrefois ma famille. Qu’est-ce quelle est belle, une vraie villageoise. Sa devanture en pierres couleur ocre, ses tuiles claires, son petit jardin en terrasse, ses oliviers… Devant mes yeux, un film se mît à défiler, imaginant mon frère et ma sœur crapahutant dans le jardin, au milieu des lavandes, chassant les petits scorpions; faisant râler ma mère qui s’apprêtait à cuisiner les légumes que mon père ramassait pour un savoureux tian. Sentiment étrange de les regarder vivre là devant mes yeux, sans moi. Mais, me rendre ici, voir, savoir et imaginer leurs vies avant moi me rendait comme nostalgique d’un passé méconnu.

Je continuais ma route en visitant des lieux plus ou moins connus dont chacun méritent le déplacement.
Le Vaucluse, c’est des oliveraies par centaines, les fruits confits d’Apt, ses bouteilles de Châteauneuf-du-Pape, et ses champs de lavandes à perte de vue. Saviez-vous qu’il existait une différence entre la lavande et le lavandin? Moi non plus… C’est aussi ses berlingots de Carpentras, ses melons de Cavaillon, son Beaumes-de-Venise, ses fraises du Mont Ventoux, ses truffes noires et son safran! Le Quercy n’en est donc pas la seule capitale. Ses villages aussi en font un département hors du commun tels Roussillon et ses ocres, Fontaine de Vaucluse et son gouffre dont la profondeur est toujours méconnue, l’Isle-sur-la-Sorgue et ses petits moulins à découvrir tout le long de la rivière, Rustrel qui vous emmène dans le Colorado. Saviez-vous qu’on fabriquait du papier par ici? Moi non plus… Grimpez à Gordes, Venasque, Le Beaucet ou encore à La Rique-sur-Pernes pour une vue imprenable sur le comtat Venaissin. Ne passez pas à côté de l’immanquable, la belle, la douce préfecture, Avignon. A la frontière avec le Gard, encerclée de ses remparts, elle paraît aujourd’hui si paisible, mais je n’ai aucun mal à l’imaginer sous la foule lors de son Festival en juillet. Ses petites ruelles, dont quelques-unes sont entièrement piétonnes, nous amènent vers son cœur, le Rocher des Doms. Cet ensemble composé du Palais des Papes, de la Cathédrale des Doms, du pont d’Avignon, nommé pont Saint Bénezet et du petit palais, appelle au silence et à l’imagination. Classé Patrimoine mondial de l’Humanité par l’UNESCO, cette forteresse nous plonge dans l’histoire. Une histoire qui a eu lieu il y a plusieurs siècles et qui vient nous rappeler l’importance de l’Église au 14e siècle imaginant l’espace occupé par des Papes et leurs cardinaux alors en désaccord avec le Vatican. Voilà pourquoi nous trouvons si proches plusieurs édifices tels L’Abbaye Saint-André et ses jardins remarquables, L’Abbaye Notre-Dame de Sénanque et ses rangées de lavandins, l’Abbaye Saint-Hilaire, et bien d’autres. Entre 2 villages, les routes, dont la plupart sont occupées par des cyclistes expérimentés ou ceux du dimanche, m’ont offertes un paysage provençal digne de mes rêves, rouler la fenêtre ouverte, imaginant le champ des cigales, poussée par le Mistral ou le vent du sud et enivrée par l’odeur des champs de lavandes. Il faudra attendre un peu avant que cette saison-là n’arrive.

Malgré son Mistral qui peut rendre fou et la chaleur écrasante en plein été, le Vaucluse est un département où il fait bon vivre. Il m’a définitivement séduite par son patrimoine aussi riche que dépaysant. Nous sommes dans le midi, aucun doute, l’accent chantant de ses habitants en atteste.

…RETOUR AU PRÉSENT…

Maintenant, je peux rentrer sereinement à la maison. Je suis heureuse de cette découverte. Cette petite virée m’a, en quelque sorte, rapprochée d’eux… Je vais pouvoir, moi aussi, prendre part lors des discussions de famille qui ramènent à ce temps où je n’étais pas. Alors, merci pour l’invitation Grande Tatie, cela m’a permis un bref voyage dans le temps…

 

Cet article est dédié à un homme, parti trop tôt et qui aimait la vie…

 

Mary JANE.

 

Catégories : ... En balade

1 commentaire

Pierre · 24 janvier 2019 à 18 h 17 min

malgré la non présence de l’auteure à l’époque de certains événements les sentiments, le vécu sont bien ressentis la Provence ne s’ouvre qu’à ceux qui y vivent assez longtemps avec l’envie de la connaitre comme pour presque toutes les régions de notre monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *