« Viens, je t’emmène, derrière le miroir, de l’autre côté,

Viens, je t’emmène, au pays du vent, au pays des fées,

J’ai tellement fermé les yeux, j’ai tellement rêvé, que j’y suis arrivée… »

 

…SI L’ON POUVAIT VRAIMENT PARLER…

 

Cela fait bien longtemps que j’ai comprit que

« Le monde est là, qui vient, qui va, Et qui tourne sans toi

Mais tu sais, il n’attendra pas, Un signe de toi « 

           Comment t’en apercevoir

Je sais qu’il

« Y a des couleurs qu’on n’oublie pas,

Le cœur, quel drôle de caméra,

Y a des souvenirs qui nous tiennent chaud là, Y a des détails qu’on n’oublie pas

Dans la tête quel drôle de cinéma « 

Bébé comme la vie

Mais,

« Ces images et ces drames, Qu’on ne connaissait pas,

Et qui peuplent nos rêves, En nous tombant dessus,

Et tous ces maquillages, Ces regards éperdus,

Ces amis de passage, Qu’on ne reverra plus, Comme les chansons s’effacent

Moi je voulais te dire, C’est bon que tu sois là « 

C’est bon que tu sois là

Et puis,

« Y a des silences qui disent beaucoup, Plus que tous les mots qu’on avoue,

Et toutes ces questions, Qui ne tiennent pas debout.  »

Évidemment

Alors voilà, il

« Y a des jours fragiles, Des soirées difficiles,

Le monde est égoïste, Y a des journées tristes,

Mais y a des matins fous, Où tout change tout d’un coup,

Où la tête comprend tout, Le cœur se remet debout  »

Amor Tambien

Malgré cela,

« A respirer La rose des vents, La tête me tourne,

A respirer La rose des vents, La tête me tourne souvent  »

La rose des vents

Pourtant, je vois que tu as

« Quelque chose qui danse en toi, Si tu l’as, tu l’as,

Ella, elle l’a, ce je ne sais quoi, Que d’autres n’ont pas,

Qui nous met dans un de drôle d’état  »

Ella, elle l’a

A cause de cela, je me sens comme

« Derrière des barreaux, pour quelques mots, qu’il pensait si fort  »

Diego libre dans sa tête

C’est terrible comme

« J’ai ton cœur qui tape, qui cogne dans mon corps et dans ma tête,

J’ai des images qui s’entêtent,

J’ai des ondes de chaleur et comme des cris de douleur,

Qui circulent dans mes veines quand je marche dans la ville,

J’ai des moments qui défilent  »

Babacar

Penses que

« Si on t’organise une vie dirigée, Où tu oublieras vite,

Si on te fait danser sur une musique sans âme, Comme un amour qu’on quitte,

Si tu réalises que la vie n’est pas là, Que le matin tu te lèves sans savoir où tu vas  »

Résiste

Comme moi, tu te sentiras

« Tanguer comme un bateau qui coule sur une mer déchaînée,

Chanter, Retrouver le mystère de mes secrets cachés,

Je n’y suis pour personne, Quand je suis dans vos bras,

Que la musique nous donne la vie encore une fois,

Et j’ai besoin de vous, Quand la vie m’abandonne,

Quand les soirs monotones, Me font douter de tout  »

J’ai besoin de vous

Bon sang, qu’il est

« Lourd, le poids du ciel et de la terre, la légèreté du vent de l’air,

Vole, montre-leur que tu t’en sers  »

Dancing Brave

 

…DÉBRANCHE, DÉBRANCHE, DÉBRANCHE TOUT…

 

Je résiste et

« Je coupe les machines à rêves, j’écoute parler mon cœur  »

Débranche

Je

« Ferme les yeux, Compte jusqu’à deux,

Et ça ira de mieux en mieux,

Danse comme tu veux, Vis comme tu peux,

T’as tout le temps de vivre vieux  »

Dancing Disco

Ce matin,

« Je me souviens, j’étais dans une autre vie,

j’étais un peu de ce monde qui m’entoure,

Que j’aime comme une fille aime sa mère d’amour,

Et j’étais bien  »

La mort douce

Je me suis murmurée :

« Montre ton rire ou ton chagrin, Mais que tu n’aies rien,

Que tu sois roi, Que tu cherches encore,

Les pouvoirs qui dorment en toi  »

Ella, elle l’a

N’oublies jamais que

« Si le dégoût de la vie vient en toi, Si la paresse de la vie s’installe en toi,

Pense à moi  »

Message personnel

Et soudain,

« Et soudain me chantent les anges, Pour toi et pour les gens qui s’aiment,

Il a le sourire de ses grands nuages, Et les yeux bleus de son ciel  »

Allo monsieur Là-haut

Alors, je me rassure et me dis :

« Tu vivras des heures, à sourire, à pleurer, à te faire des souvenirs,

Mais au moment de mourir, Tu n’auras rien à regretter  »

Aimes-la

En

« 5 minutes d’amour, et voila que les jours tristes je les oublis  »

Cinq minutes d’amour

 

…LAISSER PASSER LES RÊVES…

 

« Voilà le jour qui se lève, qu’est-ce que ça peut faire s’il pleut

Je me souviens de ton rêve, j’ai la musique dans les yeux,

Y a mille façons de mourir, qu’une seule d’être heureux,

Ça me fait rire, ça me fait rire, la vie est belle, que la vie est belle  »

Ça me fait rire

Oui, que la vie est belle,

« Et que chacun se mette à chanter, Et que chacun se laisse emporter,

Chacun tout contre l’autre serré, Chacun tout contre l’autre enlacé,

L’un contre l’autre, musique,

on est trop faible pour s’entretuer, On est trop seul pour se détester,

On est trop mal pour s’en rajouter, On est trop rien pour se déchirer  »

Musique

Et comme le dit si bien Cézanne:

« Si le bonheur existe, C’est une épreuve d’artiste  »

Cézanne peint

C’est inspirant, c’est motivant, c’est enivrant,

« Et pour moi ça veut dire beaucoup, ça veut dire « essaie de vivre,

Essaie d’être heureux, ça vaut le coup  »

Il jouait du piano debout

Maintenant,

« Je veux tout, puisque j’ai si peu de temps,

Je veux tout et je le veux maintenant  »

Les accidents d’Amour

Je le sens,

« Partout je suis chez moi, Vous comprenez la terre,

La terre est mon domaine, Et les milliards d’amis me suffisent à peine,

Je suis chez moi, Partout je suis chez moi,

Du pays des tropiques aux déserts des grands froids, Et même au bout du monde

J’ai mon amour en moi, Je suis chez moi  »

La chansons d’une terrienne

Et je m’interroge,

« Mais à qui donner ce que j’ai ?  »

A qui donner ce que j’ai ?

Allez,

« Viens je t’emmène, Viens je t’emmène, J’ai tellement fermé les yeux, J’ai tellement rêvé,

Que j’y suis arrivée, viens, je t’emmène « …

Viens je t’emmène

 

 

Mary Jane.
Catégories : ... En balade

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *